Rechercher sur le site  |  Plan  |  FAQ  |  Contacts  




Vous êtes ici : Accueil > Blogs > Le blogue de CDI collège Joliot-Curie > Yves grevet au collège Joliot Curie

Yves grevet au collège Joliot Curie

Soumis par CDI collège Jol... le lun, 27/04/2009 - 16:55.

Profitant de la venue d’un auteur dans notre établissement,  la classe de  3°C[1]  qui n’a lu aucun des livres d’Yves Grevet, comme Méto, s’est donc penchée avant la rencontre plutôt sur  la question de l’écriture, de l’inspiration, de la part autobiographique dans un roman de pure invention… A la suite de cette réflexion,  ce mercredi 25 mars, les élèves, avaient de nombreuses questions à poser à Yves Grevet. Voici un ensemble de réactions et de questionnement, qui ont suivi cet événement. Après avoir écrit chacun son texte, les élèves  m’ont demandé d’en faire un pot-pourri[2] ; voici donc un seul texte constitué de morceaux de chacun d’entre eux.

Comment donc un écrivain peut-il imaginer tant de choses ? D’où sort cette invraisemblable imagination[3], Comment devient-on écrivain ? Que ressent-il quand il écrit ? Pourquoi écrire ? Pour qui ? Que gagne-t-on à écrire ? Peut-on vivre des livres publiés ? A-t-il une famille ?

                        C’est pour le PLAISIR, affirme Y.G. qu’il écrit ; ça tranche bien avec les écrivains dont on a parlé en classe qui ont de la douleur. 

Plaisir, oui, nécessité impérieuse sans doute, c’est ce que l’on comprend à écouter cet écrivain, personne d’une grande simplicité et passionné par l’écriture de ses romans. Il le faut car ce n’est pas facile d’attendre après les revenus d’un livre pour gagner sa vie. Trouver un éditeur peut prendre quelques années, une fois édité, l’écrivain ne touche que 75 centimes,

5 %, seulement ! par exemplaire vendu, alors vaut mieux avoir un autre métier parallèlement, pour subvenir à ses besoins. Bien-sûr si son œuvre est traduite en plusieurs langues et de plus adaptée au cinéma, ce sera le bingo pour lui.

                        Mais tout ça n’est pas qu’une question d’argent, écrire n’est pas un métier mais une passion :

                        Y.G. a eu envie d’écrire dès le CE2, or ce n’est pas une pratique habituelle à cet âge, d’ailleurs on n’a pas besoin d’être bon en français à l’école, nous a-t-il dit

 Mais en fait c’est venu d’un amour pour les Contes, cet amour d’écrire.

 Ses moments d’écriture sont pris sur son temps libre, le but n’est donc pas de produire en masse, mais de se faire plaisir, un soulagement, une détente, tout comme, nous a-t-il précisé, celui qui est passionné par le football s’entraînant  et jouant  dès qu’il le peut ou l’accroc à sa console. Mais nous sommes certains élèves à penser que taper dans un ballon, être passionné de jeux vidéos, ce n’est pas pareil que de jongler avec des mots, avec le langage et inventer une histoire. Fréquenter les mots, jouer avec son imagination, sa mémoire, ses souvenirs, le monde qui nous entoure, en être inspiré - et pas sur commande, pardi !- reste une activité  très mystérieuse, solitaire. Mais, ne vous méprenez pas Yves Grevet est un homme sociable, et nous lui souhaitons la publication de beaucoup d’autres romans, nous on a aimé l’évocation de son passage en Turquie : à quand un texte sur cette expérience ? Une autobiographie, peut-être… mais cette dernière idée ne semblait pas plaire à cet auteur qui par sa trilogie de science-fiction réaliste fait écho à ses premiers amours : le conte.




[1] Classe de Mme Baruc-Louvrier ;Kevin Shibnauth; Mohamed Bouthari; Kaïna Astier ; Chami Ikram ; Mallaury Allard; Chaïma Ferradji; Melckior Bougny; Abelkalik Houkponou; Sarah Seba; Cynthia Francis; Mariem Mrabet; Omara Sheik;Arnaud Couacou ;Antonin Georges; Stevy Simana; Stefy Mputu; Lahcen Gourram; Mérouane Mandaris; Jiayaji Souaré; Raheel Bhatti.

[2] Composition musicale ou littéraire formée de morceaux divers.

[3] Cette très riche imagination.



Médiathèque municipale, 2 av. Gabriel Péri, 92220 Bagneux.
TDR © 2007 Ville de Bagneux, Mentions légales. Réalisation Décalog