Rechercher sur le site  |  Plan  |  FAQ  |  Contacts  




Vous êtes ici : Accueil > Histoire d'une vie

Histoire d'une vie

Afficher tout le contenu de type :
Coups de coeur: Documentaire Adulte

Ce livre n'est pas une autobiographie traditionnelle, chronologique mais le récit non linéaire de fragments de vie avec pour thème fort le cheminement d'un homme vers l'écriture. Aharon Appelfeld est né en Roumanie en 1932. Ses parents sont des intellectuels assimilés »s communistes non pratiquants qui parlent l'allemand (l'usage du yiddish est proscrit à la maison). Ses grands-parents vivent à la campagne, vont à la synagogue et parlent yiddish, la population alentour parle le ruthène (ancienne population slave de l'actuel Ukraine). Son contact avec la religion se résume à quelques visites à la synagogue quand il séjourne chez ses grands-parents. Enfance heureuse qui bascule à 7 ans. Montée du nazisme, exil dans le ghetto de Czernowitz en Ukraine où sa mère est assassinée, longue marche forcée vers un camp de concentration ukrainien d'où il s'évade. A dix ans, il survit seul durant 4 ans dans la forêt, trouve refuge chez une prostituée et des paysans qui l'héberge contre du travail. A la fin de la guerre, commence un voyage dans les camps de rescapés,(il vit en haillons au sein d'un groupe d'adolescents fuyant l'humanité) puis sur les bateaux qui l'emmènent en Palestine. Un périple riches d'anecdotes, de rencontres étonnantes mais aussi effrayantes. Il se mêle aux cohortes d'orphelins que l'on rudoient souvent, que l'on corrompt, que l'on embrigade pour voler. En Palestine, c'est de nouveau un camp de jeunesse, une école agricole, puis l'armée. Il étudie à l'université hébraique de Jérusalem et devient professeur de lettres, lui qui a quitté l' école a 7 ans.

Ce livre est bouleversant à plus d'un titre. Ce n'est pas un récit factuel mais une survivance de charges émotionnels inscrites dans son corps.
C'est aussi la reconstruction d' une identité. Et elle passe par l'apprentissage de l'hébreu. Effort douloureux pour Appelfeld dont la langue est l'allemand ou le yiddish. Ne plus parler ses langues c'est rompre une 2eme fois avec sa famille.
Enfin, ce sont des rencontres avec des écrivains et professeurs (Martin Buber, Agnon) qui le feront entrer en contact avec sa culture juive et trouver sa propre expression.
C'est tout ce parcours, cette renaissance douloureuse qui est particulièrement intéressant.

Nathalie, secteur adultes



Médiathèque municipale, 2 av. Gabriel Péri, 92220 Bagneux.
TDR © 2007 Ville de Bagneux, Mentions légales. Réalisation Décalog